Pourquoi le Grand Sud séduit la Chine

Toulouse est comme une étoile pour les Chinois. Elle brille au cœur du Grand Sud et attire investisseurs et entreprises. C'est lundi au cours d'un comité d'entreprise, que les 310 salariés de l'aéroport ont été informés des tout premiers projets d'investissements du nouvel opérateur chinois de la plateforme de Blagnac. Hier c'était au tour d'Anne-Marie Idrac, présidente du conseil de surveillance, de tenir une convention avec tous les salariés pour détailler la feuille de route de l'aéroport. Casil Europe qui détient désormais 49,9 % de l'aéroport veut faire de Toulouse-Blagnac une véritable plateforme internationale avec plus de vols vers l'Europe grâce aux compagnies low cost et vers le reste du monde. Des liaisons directes avec la Chine sous forme de charters seront mises en place «le plus vite possible, idéalement en 2016» par le biais de tour-opérateurs chinois, fait-on savoir dans l'entourage de la direction (...).

 

Après le Club Med racheté par le Chinois Fosun, c'est un autre acteur du tourisme français, le Toulousain Fram qui pourrait passer sous pavillon chinois. Allié au groupe toulousain Selectour Afat, le groupe chinois HNA veut s'offrir le dernier tour-opérateur indépendant français qui avait fait sa fortune sur les célèbres villages vacances (lire page 2). En proie de graves difficultés depuis le milieu des années 2000, Fram voit dans cette reprise une porte de sortie qui évitera de passer par la case du redressement ou de la liquidation judiciaire. Des passerelles avec les ambitions de Casil Europe pour développer le tourisme entre Toulouse et la Chine grâce à l'aéroport de Blagnac pourraient être jetées (...).

Actuellement, on compte 5 000 étudiants chinois par an à Toulouse. L'excellence de l'Université fédérale de Toulouse et notamment de l'université Capitole 1 (droit, économie) et Paul-Sabatier (sciences) a permis ses dernières années d'accroître significativement les échanges entre Toulouse et l'Empire du Milieu.

Après s'être offert de prestigieux vins dans le Bordelais, les Chinois jettent leur dévolu sur les châteaux du Languedoc-Roussillon. En janvier dernier, on a appris que la société HBC International Wine Assets venait de prendre le contrôle du château de La Bastide soit cinquante hectares situés en plein cœur des Corbières. Il aura fallu mener des négociations pendant un an pour boucler la vente qui marquait le premier investissement chinois dans le plus grand vignoble du monde. La dimension internationale du château La Bastide qui vend la quasi-totalité de ses 300 000 à 400 000 bouteilles par an à l'export et la gestion «parfaite» du domaine a séduit le groupe chinois (...).

 

Suite de l'article, cliquer sur : ladepeche.fr.

Écrire commentaire

Commentaires: 0