Fram : un groupe chinois veut racheter le voyagiste français

Décidémment, la Chine lorgne sur le tourisme à la française. Un mois après avoir demandé un audit sur les comptes de Fram, le chinois HNA - associé à un partenaire minoritaire français, le réseau d'agences de voyage Selectour Afat - a déposé une offre de rachat "ferme" et "in bonis", c'est-à-dire sans passer par une procédure collective, a indiqué ce mardi le voyagiste français. Il rappelle dans son communiqué qu'une autre offre a été déposée par le français Karavel-Promovacances, spécialisé dans la vente de séjours sur internet, mais ce dernier ne souhaiterait reprendre Fram qu'après son dépôt de bilan.


Le directoire du voyagiste basé à Toulouse "mènera à son terme et aux côtés des actionnaires le meilleur projet de cession pour Fram et ses salariés", et les actionnaires devraient trancher dans les prochains jours. Aucun montant n'est communiqué, mais selon plusieurs sources l'offre de HNA pourrait s'élever à quelque 40 millions d'euros. Le projet de rachat serait porté à hauteur de 90% par HNA, et 10% par Selectour Afat (...).

Le conglomérat chinois a réalisé un chiffre d'affaires de plus de 25 milliards de dollars en 2014. Dans le tourisme, il est par exemple actionnaire de la compagnie aérienne française Aigle Azur et de la chaîne hôtelière espagnole NH Hoteles.

Il y a quelques jours, Globalia, premier groupe touristique espagnol, a annoncé être en discussion avec HNA pour lui céder une partie de son capital. Globalia est propriétaire de la compagnie aérienne Air Europa et contrôle des agences de voyage. "Entre l'Espagne et la France, la stratégie de HNA pourrait être de développer sur le long terme un projet européen de tour-operating s'appuyant sur un réseau d'hôtels, de clubs, d'agences de voyage, et une compagnie aérienne forte née de la fusion entre Aigle Azur et Air Europa, et pourquoi pas devenir le numéro trois européen derrière TUI et Thomas Cook", estime Jean-Pierre Nadir, président du portail easyvoyage.com.

Cet investissement chinois dans le tourisme français fait suite à la plus longue OPA de l'histoire de la Bourse de Paris, le consortium Gaillon Invest II - mené par le groupe chinois Fosun - avait pris début 2015 le contrôle de près de 100% du Club Méditerranée et de ses célèbres villages-clubs. En outre, un consortium chinois a acquis cet été 49,99% du capital de l'aéroport de Toulouse-Blagnac.

 

Suite de l'article, cliquer sur : lexpansion.lexpress.fr.

Écrire commentaire

Commentaires: 0