Arles : cet été, le tourisme chinois a fait son grand bond en avant

Un mois et demi après la visite à Arles du Premier ministre chinois, Li Keqiang, mercredi 1er juillet, avec le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius pour guide de voyage, ses effets positifs sur le tourisme commencent à se faire sentir. "Nous ne pouvons pas encore les chiffrer. Pourtant, cet été, il est clair que l'importance des touristes, asiatiques en général et chinois en particulier, est vraiment visible. Et sans trop présager du bilan de la saison, les séjours individuels - par rapport aux séjours de groupes des tour-opérateurs, plus classiques - paraissent bien plus nombreux que les autres années", estime le directeur de l'office du tourisme d'Arles-Camargue Jean-Pierre Boeuf.

Qui précise : "La visite de Li Keqiang n'est en fait que la cerise sur le gâteau et n'explique cette embellie qu'en partie... Sachant que les relations d'Arles avec Pékin ont pris un nouveau départ depuis 2006 et un vrai travail sur l'image de notre ville ainsi que sur nos capacités d'accueil. Puis la renommée de Van Gogh à travers toute la Chine nous aide beaucoup, il faut le dire !"

Autres facteurs de cette nouvelle donne, qui veut que le tourisme chinois a connu une hausse de 169 % entre 2010 et 2014 dans la région : la mise en place du "visa 48 h" en 2014, entraînant une augmentation de 65 % des demandes de visas touristiques début 2015, l'amélioration des conditions d'accueil, avec des parcours mieux définis et un dispositif spécifique à base d'autocollants rouges pour les touristes asiatiques, mais aussi et surtout l'accroissement des revenus en Chine depuis 5 ans (...).

Un indice permet de remarquer l'expansion du tourisme made in China à Arles : apposé sur certaines vitrines, un sticker met en valeur le logo d'un guide touristique-site internet sur fond rouge. Son nom : Lianorg, dont le siège est à Pékin. En Europe, il ancre son organisation sur un réseau de Chinois "qui aiment voyager, vivent ou travaillent" dans les pays dont ils recommandent les bonnes adresses à travers les villes prisées des touristes asiatiques. "Ils ont tendance à être rassurés par le symbole, et faire partie de leurs "top choices" est gage de confiance, pas le principal, mais un vrai plus, livre le gérant du Jardin des Arts, Luc Jouveny. J'ai été démarché il y a deux ans par un de leurs "guides" mandatés, puis ai eu à leur renvoyer un dossier à remplir en ligne pour être « médaillé » après cette rencontre." Une médaille parmi les plus de 1 500 attribuées dans les Bouches-du-Rhône aux boutiques, restaurants et hôtels ayant eu la patience de lire et de suivre (en anglais, après traduction du chinois) les instructions, afin d'avoir son fameux autocollant rouge...

 

Suite de l'article, cliquer sur : laprovence.com.

Écrire commentaire

Commentaires: 0