Tout comprendre sur la dévaluation chinoise

Pékin a encore baissé fortement, ce jeudi, le niveau de référence du yuan. Cumulée sur trois jours, c'est la baisse la plus drastique depuis 1994. Qu'est-ce qu'une dévaluation ? Quels sont les enjeux ?

«La dévaluation consiste à modifier le taux de change officiel d'une monnaie (qui désigne le rapport d'échange entre deux devises) par rapport à une monnaie internationale de référence: or, dollar, écu, par exemple», peut-on lire dans l'encyclopédie Universalis.

Pékin a de nouveau abaissé fortement, ce jeudi, le niveau de référence du yuan, accentuant de plus belle la dévaluation de la monnaie chinoise, tombée au plus bas depuis quatre ans face au dollar, et affolant les marchés mondiaux. Pour le troisième jour de baisse consécutive, le yuan a été dévalué de 1%. La veille, la banque centrale chinoise (PBOC) avait déjà réduit de 1,62% le taux-pivot autour duquel le renminbi (autre nom du yuan) est autorisé à fluctuer, le ramenant à 6,3306 yuans pour un dollar, contre 6,2298 yuans mardi. L'institution avait aussi diminué mardi de presque 2% ce taux de référence. Cumulée sur trois jours, c'est la plus drastique baisse depuis 1994 et l'adoption par Pékin du système de changes actuel.

Pour une économie, l'objectif immédiat de la dévaluation est de rendre ses produits moins chers à l'étranger et donc plus compétitifs. Dans son dictionnaire de l'économie à l'usage des non-économistes, Jean-Marc Vittori explique que les prix n'avancent jamais au même rythme dans les pays. Les échanges sont nombreux et ces différences peuvent être nuisibles. Un pays, dans lequel les prix augmentent plus vite que chez le voisin, perd du terrain et a du mal à vendre à l'étranger. Les rivaux gagnent des parts de marchés. C'est pourquoi il dévalue. Les exportations chinoises ont en effet chuté de 8,3% entre juillet 2014 et juillet 2015. Et le taux de croissance de la Chine ralentit (...).


Suite de l'article, cliquer sur : lefigaro.fr.

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Kevin GUISELIN (jeudi, 13 août 2015 12:59)

    A rajouter à cela le fait que la hausse forte du Yuan (couplée à la baisse de l'Euro notamment) depuis l'année dernière a permis à la Chine d'acheter massivement des sociétés ou des parts d'entreprises de grands groupes mondiaux. L'économie de la Chine se tournant vers le tourisme, cette conjoncture a facilité les rachats au sein des groupes Club Med et Louvre Hôtel, notamment.