Le Club Med passe sous pavillon chinois

C'est la fin d'une bataille boursière historique, la plus disputée qu'ait connue la place de Paris. Et c'est le groupe chinois Fosun qui en est le vainqueur. Cette fois, plus rien ne devrait venir lui barrer la route du rachat du Club Med. Vendredi soir, son rival italien, l'investisseur Andrea Bonomi, a en effet déclaré forfait. Après des mois de bataille boursière, Bonomi a jugé que le jeu n'en valait plus la chandelle. La dernière offre mise sur la table avant Noël par Fosun, à 24,60 euros par action Club Med, sera donc la bonne. Cette offre n'a plus que des étapes formelles à franchir pour être menée à bien sur le marché dans le courant du mois de janvier.

La persévérance du groupe chinois n'aura donc pas été vaine. Fosun est entré au capital du Club Med en 2010. Il en est depuis le partenaire, notamment au travers des villages que le groupe français implante en Chine (3 en activité, 2 en construction). Sa première offre publique sur le capital du groupe français remonte à juin 2013. À l'époque, Fosun, allié au fonds d'investissement tricolore Ardian, ne proposait que 17 euros l'action. Autant dire qu'il a fallu à Guo Guangchang, le fondateur de Fosun, de la patience (ses ambitions avaient été contestées par des minoritaires en justice) et beaucoup plus de moyens puisqu'il va payer le Club 45 % de plus (939 millions d'euros) qu'il ne l'envisageait initialement. Le groupe chinois s'acquittera de ce chèque essentiellement en fonds propres (seulement 280 millions de dettes) et en mettant à contribution quelques partenaires ainsi que l'assureur portugais Fidelidade qu'il possède.

 

Suite de l'article, cliquer sur : lefigaro.fr.

Écrire commentaire

Commentaires: 0